Je ne soutiens pas Charlie Hebdo

Publié le par connaitre islam

 

 

Parce que c’est un journal qui se drape dans la liberté d’expression, uniquement lorsqu’elle sert ses intérêts, je ne peux être solidaire de Charlie Hebdo.

 

C’est à se demander devant les provocations que ne cesse de diffuser ce journal, si la liberté supporte encore des limites. La réponse et certes oui, mais ces limites sont dictées par la loi et force est de constater que l’islamophobie ne jouit pas, à titre de comparaison, du même statut que l’antisémitisme.

 

Il est facile de me rétorquer que l’antisémitisme est du racisme, qu’il faut combattre, dont je ne peux que convenir. Mais où se situe donc la ligne de démarcation entre le racisme antimusulman et le simple blasphème (qui, soit dit en passant, ne doit absolument pas déranger les musulmans) ? C’est la loi qui doit le définir, et malheureusement, des médias comme Charlie Hebdo en profitent pour stigmatiser toute une population à travers sa référence spirituelle.

 

L’hypocrisie, c’est lorsque Charlie H s’érige en chantre de la liberté d’expression alors que lorsque Siné (arroseur arrosé de son état) a griffonné une caricature qui a déplu aux patrons, son journal n’avait pas invoqué la liberté d’expression et ne s’est donc pas gêné de le virer. D’ailleurs, pour la petite histoire, Siné a été relaxé à Lyon, les juges ayant considéré qu’il »avait usé de son droit à la satire »…

 

L’hypocrisie, c’est lorsque l’ex directeur de ce journal monte sur ses grands chevaux pour reproduire les caricatures danoises, alors qu’il n’a pas hésité à virer deux humoristes de France inter dont il a été promu directeur, sans s’ embarrasser d’une quelconque liberté d’expression.

 

Je ne suis donc pas solidaire de ce journal qui profite du déficit de la représentativité des musulmans, et le manque d’outil juridique qui freinerait l’incitation à la haine des musulmans, pour se faire de la publicité à moindre frais. Je ne suis pas solidaire d’un journal qui n’a de respect que pour la raison économique ou le bâton juridique…

 

Je condamne sans ambages l’agression criminelle des locaux de ce journal, mais je continuerai à combattre cette hypocrisie qui sélectionne ses sujets de satire…

 

Je crains pour ma société qu’elle ne devienne proie aux extrémistes qu’ils se réclament d’une religion ou d’un quelconque exercice, fut-il la satire….

 

Hassan SAFOUI

 

Source : havre de savoir

 

 

Publié dans actualité

Commenter cet article