Le prophète Mohammad et le Coran

Publié le par connaitre islam

 

Le prophète Mohammad et le Coran

Si l'on suppose que le Coran est le produit d'un homme, alors on s'attendrait à ce qu'il reflète une partie de ce qui traversait l'esprit de l'homme qui " l'a composé ". En fait, certaines encyclopédies et divers livres affirment que le Coran est le produit des hallucinations que Mohammad a subies. Si ces affirmations étaient vraies - s'il provenait en effet de quelques problèmes psychologiques - alors on devrait aisément trouver dans le Coran des éléments révélateurs de cet état. Y a-t-il une telle évidence? Afin de déterminer s'il y en a une, il est nécessaire d'identifier d'abord quelles sont les événements qui auraient pu l'affecter à ce moment-là et rechercher alors ces pensées et réflexions dans le Coran.

Il est bien connu que Mohammad a eu une vie très difficile. Toutes ses filles sont décédées avant lui sauf une, et il fut marié pendant plusieurs années à une femme qui lui était très chère. Son épouse est également décédée de son vivant, de plus elle a disparu à une période très critique de sa vie. En fait, elle doit avoir été une femme très influente parce que lors de la toute première révélation qui lui est venue, il s’est précipité chez lui, effrayé, pour retrouver sa femme. Certainement, même aujourd'hui on aurait du mal à trouver un arabe qui vous dirait, " j’eus si peur que j’accourus à mon épouse." Ils ne réagissent pas de cette façon. Pourtant Mohammad s'est senti assez proche de son épouse pour pouvoir faire cela. Cela montre la femme influente et forte qu’elle était. Bien que ces exemples soient seulement quelques uns des sujets qui auraient eus un impact important sur l'esprit de Mohammad, ils sont suffisants en intensité pour prouver mon point. Le Coran ne mentionne aucune de ces choses - pas la mort de ses enfants, pas la mort de sa compagne bien-aimée et épouse, pas de sa crainte des premières révélations, qu'il a tellement et admirablement partagée avec son épouse – rien. Pourtant ces sujets doivent l'avoir blessé, l’avoir tourmenté, et lui avoir causé douleur et peine pendant ces périodes de sa vie. En effet, si le Coran était un produit de ses réflexions, alors ces sujets, comme d'autres, seraient répandus dans le Coran, ou pour le moins mentionnés ici ou là.

 

Dr. GarryMiller : Le Sublime Coran

Publié dans preuves

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Clovis Simard 20/07/2012 03:47

Blog(fermaton.over-blog.com),No-8. - SCIENCE. - L'intelligence et Raison ?