Le repentir sincère 4

Publié le par connaitre islam

 

Les savants musulmans ont expliqué les conditions à remplir pour que le repentir soit accepté :

Umar et Ibn Masud et Ibn Ubay Ka'b ibn Maaz Jabal, que Dieu soit satisfait d'eux ont donné l'exemple du repentir sincère : celui qui se repent ne retourne pas au péché comme ne retourne pas le lait à la mamelle après avoir été trait.

L'imam Nawawi a dit : Les savants ont dit :

« Le repentir de tout péché est une obligation :

a) S’il s’agit d’une désobéissance entre l’homme et Dieu exalté, ne se rapportant pas au droit d’un humain, le repentir à trois conditions pour être agréé de Dieu : 1. Qu’on cesse immédiatement de désobéir. 2 Qu’on éprouve le regret d’avoir désobéi. .3. Qu’on décide de ne plus jamais revenir à cette désobéissance.

Si l’une de ces 3 conditions vient à manquer, le repentir n’est plus valable.

b) Si cette désobéissance lèse un être humain, le repentir a alors 4 conditions : les trois précédentes et l’on doit s’acquitter en outre du droit de la personne lésée. S’il s’agir d’argent ou autre chose pareille, on doit le lui restituer. S’il s’agit d’une calomnie proférée contre lui, on doit se mettre à sa disposition pour en recevoir le châtiment, ou bien on essaie d’obtenir son pardon. Si c’est une médisance, on doit aussi s’en excuser. On doit se repentir de tous les péchés. Si le pécheur se repent seulement de certains de ses péchés, les gens justes disent que son repentir est valable pour ce qui concerne ces péchés mais qu’il doit se repentir de ce qui en reste. Les arguments du Livre, de la Sunna et du consensus de la communauté sont tous unanimes pour dire que le repentir est obligatoire. »

 

Les compagnons du prophète étaient les meilleurs de cette communauté, mais cela n'empêche pas qu'ils faisaient des erreurs comme tout être humain. Mais, ils ne persistaient pas dans l'erreur, ils revenaient à Dieu. Et voici deux histoires de repentir du temps du prophète :

Omran Ibn Housayn (RA) rapporte qu’une femme de la tribu de Jouhayna vint au Messager de Dieu (saws) alors qu’elle était enceinte à la suite des relations adultères. Elle lui dit : « O Messager de Dieu ! J’ai transgressé l’une des limites de Dieu. Fais-moi subir le châtiment qui s’impose ». Le Prophète (saws) fit alors venir son plus proche parent (son répondant) et lui dit : « Traite-la bien. Dès qu’elle met au monde son enfant, viens me voir ! » Et c’est ce qu’il fit. Le Prophète (saws) donna alors l’ordre de bien attacher ses vêtements à son corps (pour éviter qu’elle ne se découvre) puis de la lapider. Une fois morte, il pria sur elle. ‘Omar lui dit : « O Messager de Dieu ! Tu pries sur elle alors qu’elle a forniqué ? ». Il Lui répondit : « Elle a exprimé un repentir qui, si on le partageait entre soixante dix personnes de Médine, leur suffirait (pour les absoudre). As-tu jamais trouvé de plus noble que son don de sa propre vie à Dieu Tout Puissant. ? » (Rapporté par Moslem)

 

Publié dans éducation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article