Ramadan, le mois du partage

Publié le par connaitre islam

Article publié le 23/8/2009 sur http://renouvnedro.bloguez.com/renouvnedro/615401/Ramadan-le-mois-du-partage

marché

Dans certains pays musulmans, nous avons tous l'habitude que pendant le mois de Ramadan, les prix flambent. Alors que c'est le mois du jeune et de la piété.

Comment expliquer ce phénomène de hausse de prix?

Est ce une fatalité, ne peut-on rien faire?

Cet article ne prétend pas trouver la recette miracle pour ce problème, mais j'essaie de trouver des pistes en me basant sur le vécu et, comme dans mon habitude je ne veux pas baisser les bras,je m'appuierai sur des choses qui ont donné leur preuve par le passé et qui peuvent jouer le même rôle si nous y croyons et les utilisons.

Premièrement pour les causes, nous les connaissons tous plus ou moins. J'effectue ici juste un petit passage.

· Beaucoup d'entre nous, pendant la journée ont faim ce qui les incite à vouloir garnir la table par des aliments qu'ils ne mangeront même pas. L'estomac ayant une contenance limitée c'est la poubelle qui récupère la part du lion.

· Les commerçants et les revendeurs avides de gagner plus -car ils connaissent les consommateurs que nous sommes – multiplient leurs efforts pour gagner, vendre... Des rues entières sont parfois bloquées pour la vente des gâteaux et autres choses. Le mois du jeune est là pour nous rapprocher d'Allah, pour que nous gagnions en piété, pour lire le Coran, pour accomplir les bonnes œuvres et pas pour passer nos journées dans les marchés« parce qu'on a faim! ». N'oublions pas l'objectif qui est cité dans sourate Al Baqara verset 183 « Ô les croyants ! On vous a prescrit as-Siyam comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété. »

· Une autre raison qui fait que les produits sont chers pendant ou en dehors du mois de Ramadan c'est l'importation. Tout le monde sait que nous ne produisons pas grand chose. Nos principales ressources économiques sont le pétrole et le gaz. Ces ressources vont tarir un jour. Est-ce qu'on a pensé à ce jour ?? Je ne pense pas vu notre comportement et la politique que nous suivons. Nous avons des terres fertiles. Dans le temps, le blé algérien valait de l'or. Qu'avons nous fait de ces terres : nous y avons construit des usines, des maisons... et on achète la tomate de l'étranger. Nous sommes certainement dans une logique de décadence. C'est vrai que, de nos jours,l'État incite les gens à revenir à l'agriculture mais il n'y en a pas assez encore.Il faut faire revenir la confiance dans le « Travail ». Les chinois et autres espagnols travaillent notre pays et nos jeunes sont « hittistes ».Où vas-t-on donc?

Lorsqu'on revient à notre religion; et le mois de Ramadan est là pour nous aider dans ce sens, nous trouvons des solutions.

L'une d'entre elles est le partage. Les riches doivent donner aux pauvres. C'est pourquoi Allah nous a prescrit l'aumône légale « zakat » et l'aumône surérogatoire« sadaqat ». Toujours dans sourate Al Baqara, verset 267 : « Ôles croyants ! Dépensez des meilleures choses que vous avez gagnées et desrécoltes que Nous avons fait sortir de la terre pour vous. Et ne vous tournez pas vers ce qui est vil pour en faire dépense. Ne donnez pas ce que vous-mêmes n'accepteriez qu'en fermant les yeux ! Et sachez que Dieu n'a besoin de rien et qu'Il est digne de louange. » Il faut donner du meilleur que nous possédons sans vanité ni ostentation car ces bonnes œuvres nous purifient nous avant de purifier notre argent. Dans sourate At-Tawbah, verset 103 : « Prélève de leurs biens une Sadaqa par laquelle tu les purifies et les bénis, et prie pour eux. Ta prière est une quiétude pour eux. Et Dieu est Audient et Omniscient. »

Pour terminer, une grande leçon de notre mère Aïcha 'radya Allahou anha'. Elle trempait les pièces dans le parfum avant de les mettre dans la main du pauvre. On l'interrogea : pourquoi fais-tu cela? Elle répondit : « je le fais car je pense à les mettre dans la main d'Allah avant de les mettre dans la main du pauvre ».

Voilà pour moi les 3 chemins de la solution à notre problème : la satisfaction de ce que l'on possède, le travail et la générosité.

Si vous avez des remarques ou des commentaires n'hésitez pas, cet espace est là pour ça.

Merci pour votre lecture.

Publié dans société

Commenter cet article